20 avr "La télévision, théâtre de l'instant"

20 avr « La télévision, théâtre de l’instant »

La télévision réalise le vieux désir de l’humanité, cette « représentation simultanée » qui est au cœur du mythe de la caverne de Platon. Ainsi, « le direct » ajoute-t-il à notre perception du temps. Tout en étant le théâtre de l’instant universel, la TV est aussi le théâtre de l’instant de chacun de nous.

C’est à cette démonstration que le bagnolais Alain BOURGES, écrivain, vidéaste et professeur aux Beaux-Arts de Rennes et à l’Ecole d’art du Mont Cotton, s’attachera. Il multipliera les exemples puisés tant au cours des siècles que dans les programmes actuels.

En partant de René Barthélémy, le père de la télévision française, en passant par Lucien de Samosate, inventeur du puits à miroirs permettant de voir le monde en direct, l’auteur de l’essai Contre, tout contre la télévision contera les métamorphoses du désir de télévision avec une verve à l’image de Sacha Guitry (qui fut lui aussi un des pères de la télévision française). Mais comment pénétrer dans les prouesses de « la représentation » sans aborder la succession des inventions techniques qui accouchèrent du tube cathodique ? : depuis l’image en direct du pantélégraphe de l’abbé Caselli (1857) encouragé par Napoléon III jusqu’à l’augmentation de la précision, grâce au passage de 50 à 1.200 lignes.

Mais la télé ajoute au « direct » ce « différé » que sont les films, les reportages, et les séries. Spécialiste des séries télés (de Belphégor et Alfred Hitchcock raconte à Plus belle la vie et 24 heures chrono) Alain Bourges ne manquera pas de démontrer que le différé puise son énergie dans le direct qu’il mime et réinvente. C’est alors tout le cinéma, toutes les fictions qui basculent dans la course contre la montre avec la télévision. La durée se contracte, l’action s’éternise, le drame est planétaire. Et nous sommes tous accrocs. Le besoin d’icônes se perpétue. Opium du peuple ? à voir…

 

Informations

  • Quand : jeudi 20 avril 2017 à 18h30.
  • Où : château du Val de Cèze à Bagnols. Entrée libre et gratuite.
  • Repas : sur place, au restaurant du Château (menu environ 25€).

 

Photo de une : Stefanus Ming (CC:BY)